• Par David Simhon
  • Posté le 24 octobre 2016

Des UV et des hommes

La vie, nous dit-on, est un éternel recommencement. Et vous le savez, tous les ans, vous êtes confrontée à la même problématique : après quelques semaines sous le soleil des tropiques ou de Palavas-les-Flots, votre teint est enfin passé du rouge homard au brun cuivré. " Parfait ! ", vous dites-vous. Mais ... las ! La pluie s'installe, le soleil se fait la malle et votre peau se met à peler avec la même efficacité que celle d'un serpent. Adieu bronzage.

En bonne professionnelle, vous vous êtes dit que vous teniez ici un excellent créneau. Pourquoi ne pas vous diversifier dans le bronzage en cabine ? Vous pourriez offrir à vos clients (et à vous-même, de temps à autre), la couleur de peau qui leur rappellerait leur dernier trip en Méditerranée. 

En esthéticienne aguerrie et prudente, vous avez certainement souhaité vous renseigner sur la réglementation applicable. Il n'est pas impossible que les choses aient pu déraper à ce moment-là. Il faut dire que ces derniers temps, le sujet connait des rebondissements : pas moins de quatre textes, plus ou moins coordonnés, se sont succédé depuis 2013. D'autres sont encore en préparation. Bref, où en est-on ? Tentons une brève synthèse.

 

Les interdictions 

Est interdite : " Toute pratique commerciale visant  à promouvoir ou proposer une offre de prestation de services incluant l'utilisation, à volonté ou gratuite, d'un appareil de bronzage. " Ainsi, les forfaits et autres offres dites "en illimité " sont dorénavant prohibés. Les discours sur les effets bénéfiques des UV ne sont donc toujours pas autorisés. Et, comme par le passé, les mineurs ne peuvent pas avoir accès aux cabines UV, quelles que soient les circonstances.

 

Les obligations 

Les opérateurs UV doivent dorénavant exiger que leurs clients établissent la preuve de leur majorité par la production d'une pièce d'identité, qu'ils peuvent demander à consulter. Un avertissement doit être placé de façon à être parfaitement visible et lisible pour tout utilisateur d'un appareil de bronzage , avant exposition aux UV.

Son contenu est déterminé en annexe d'un arrêté du 20 octobre 2014, accessible notamment sur legifrance.gouv.fr ou plus simplement sur le site du Syndicat national des professionnels du bronzage en cabine (SNPBC).

 

Découvrez l'intégralité de l'article dans le magazine Beauty Forum : je m'abonne ici !


Les autres articles de la rubrique

Soyez en conformité avec la loi

Suite à un recours déposé par la CNEP et le SNPBC, le Conseil d'État a modifié le 27 juillet dernier la loi portant sur l'affichage obligatoire pour la prestation UV, ce qui a bien évidemment des conséquences pour les instituts, les spas et les centres de bronzage. Explications.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

Minceur, à chacun son métier

Comme chaque année au printemps, la minceur revient sur le devant de la scène. Face à une clientèle de plus en plus exigeante, aux demandes parfois excessives, la tentation peut être grande d'outrepasser ses prérogatives. Maître Simhon, Avocat en droit de la santé, fait le point sur ce qui est autorisé et... ce qui ne l'est pas !

  • Par David Simhon

Des UV et des hommes

A l'heure où l'automne sonne son retour, nombreuses sont les clientes à vouloir conserver un teint hâlé. Si le créneau offre des perspectives, la réglementation demande une parfaite connaissance des textes. Revue de détails.

  • Par David Simhon

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017