• Par Anne-Sophie Gamelin
  • Posté le 31 octobre 2016

Soyez en conformité avec la loi

Fin 2014, le Syndicat National des professionnels du Bronzage en Cabine (SNPBC) et la Confédération Nationale de l'Esthétique Parfumerie (CNEP) ont déposé un recours devant le Conseil d'État à l'encontre de l'arrêté du 20 octobre relatif à l'information et aux avertissements destinés aux exploitants et aux utilisateurs d'appareils de bronzage.

Par une décision n° 386634 rendue le 27 juillet 2016, le Conseil d'État a annulé une partie de "l'information" qui avait été imposée par le gouvernement. Plus précisément, la phrase suivante est supprimée des affiches d'avertissement au public : "Dès la première exposition aux appareils de bronzage, le risque de développer un cancer cutané augmente de 60 %".

Pour motiver sa décision, le Conseil d'État a retenu d'une part, le caractère matériellement inexact d'une telle mention, d'autre part, à la supposer même juste, "une telle évaluation ne pourrait, en tout état de cause, être correctement interprétée par les consommateurs que si le taux du risque ainsi accru était également précisé".

Pour résumer, les esthéticiennes et les opérateurs UV doivent modifier "l'affiche avertissement" qui doit être clairement apposée près de l'appareil UV et faire disparaître la phrase suivante « Dès la première exposition aux appareils de bronzage, le risque de développer un cancer cutané augmente de 60 % ».

 

Une information loyale du consommateur est indispensable et les deux syndicats l'appellent de leurs vœux. Cependant, informer ne veut pas dire mentir ou faire peur. Et le Conseil d'État l'a solennellement rappelé.

Le SNPBC souligne également, qu'utilisé de manière raisonnée, le bronzage en cabine ne présente pas de dangerosité particulière : les UV naturels (soleil) ou en cabine sont contre-indiqués pour seulement 3 à 7 % de la population française. Ces sujets à risque sont connus et informés des risques encourus et découragés par les opérateurs UV de pratiquer des séances de bronzage en cabine.

En partenariat avec l'Institut Français Soleil et Santé, le SNPBC a spontanément développé des outils pour accentuer encore l'information destinée à ce public.

En revanche, la très grande majorité de la population n'a pas de facteurs de risque. Pour eux, la balance bénéfice/risque est favorable à l'exposition solaire, donc aux UV en cabine.


Les autres articles de la rubrique

Brochure destinée aux esthéticiennes et prothésistes ongulaires

La Febea et la CNEP proposent une brochure spécialement dédiée aux esthéticiennes et prothésistes ongulaires

  • Par la FEBEA en partenariat avec la CNEP

Minceur, à chacun son métier

Comme chaque année au printemps, la minceur revient sur le devant de la scène. Face à une clientèle de plus en plus exigeante, aux demandes parfois excessives, la tentation peut être grande d'outrepasser ses prérogatives. Maître Simhon, Avocat en droit de la santé, fait le point sur ce qui est autorisé et... ce qui ne l'est pas !

  • Par David Simhon

Pratique de la dermopigmentation, ce que dit la loi !

Comme pour toutes les professions touchant à l’esthétique du visage et du corps, le métier de dermographe est soumis à la législation. Maître François Stifani, avocat au barreau de Grasse, fait le point sur la réglementation applicable à cette profession.

  • Par La rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017